Sensibilisation à la transmission d’entreprises en SCOP

La transmission des entreprises saines après le départ en retraite de leur dirigeant est un enjeu important pour le maintien des emplois et des savoir-faire sur un territoire. La transmission de ces entreprises à leurs salariés sous forme de SCOP, solution encore peu connue, peut en constituer une réponse. En effet, une étude de la CCI de Bretagne en 2011 sur les cédants en Bretagne révèle qu’en Cornouaille les dirigeants de PME sont plus âgés que sur l’ensemble de la Bretagne, et que d’ici 2020 c’est près de la moitié du parc qui sera à céder.

Sur le Pays de Fougères, une expérimentation a été menée par le pôle de développement Ecosolidaires auprès d’une vingtaine d’entreprises dont le dirigeant était proche de la retraite. Il s’agissait de les informer de façon individuelle sur la transmission sous forme de SCOP et de l’orienter vers les services de l’URSCOP quand cela était jugé pertinent.

C’est ainsi qu’en 2014 l’ADESS Cornouaille s’est rapproché de partenaires comme l’URSCOP, la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce pour connaître les actions existantes sur le territoire sur cette thématique. Elle a pu traiter les fichiers d’entreprises et constater qu’une centaine d’entreprises pourraient faire l’objet d’une telle démarche de sensibilisation.

Le projet lancé sur 3 EPCI en 2016-2017

Grâce au soutien financier de la DIRECCTE, le projet a vu le jour en 2016. De septembre 2016 à août 2017, 80 chefs d’entreprises du Pays de Cornouaille ont bénéficié d’une information personnelle et confidentielle sur la transmission sous forme de SCOP. Cette sensibilisation a été effectuée par des bénévoles de l’association EGEE, formés par les délégués de l’URSCOP aux spécificités de cette forme de transmission.

Résultats de l’opération

Au delà de ces 80 chefs d’entreprises touchés, la communication autour de l’opération a permis de mieux faire connaître cette possibilité et de sensibiliser les différents partenaires de l’accompagnement des entreprises : chambres consulaires, chargés de développement économique des EPCI, élus, associations de bénévoles…

Ce projet illustre donc bien la plus-value du travail de mise en réseau des différents acteurs d’un territoire mené par les pôles ESS.