Comptes-Rendus – En transitions, Dire et agir pour construire le monde d’aujourd’hui !

Un mois après l’évènement, voici les comptes-rendu de notre journée qui a rassemblé plus de 70 personnes !

Globalement, nous avons observé de belles dynamiques d’échange, des envies de faire, des découvertes d’intiatives de notre territoire. Certaines convergences dans les actions par thématique sont ressorties transversalement :

  1. Un besoin d’outils de communication et de sensibilisation à tous les aspects de cette transition en marche (avec une idée de label notamment ou de guide autour de ce qu’est la transition)
    => Des idées sont en cours de réflexion …
  2. Un autre point marquant est le besoin de « se rendre visible », de mieux fonctionner collectivement, de pouvoir identifier et être identifié => Des envies très présentes de construire des outils de cartographie (numérique), de diagnostic de ce qui existe sur notre territoire. Pour mieux communiquer mais aussi pour gagner en cohérence.
    Suite à cette demande et à d’autres réflexions :
    L’ADESS pays de Brest va initier un temps de travail autour de cette thématique, afin que les acteurs qui ont initié cette thématique puissent exprimer ce qu’ils attendraient d’un tel outil et de voir si un projet commun aurait un sens.
  3. Un troisième point important pointé plusieurs fois est un besoin de connaissances / formation sur des sujets concrets (les nouveaux statuts juridiques, les outils d’animation, les modes de gouvernance, le travail sur soi, etc.). Ces connaissances nous permettraient de pouvoir mieux savoir ce qui existe pour mieux créer, mieux fonctionner, accompagner, etc.
    Pour répondre à cette demande :

    • L’ADESS Pays de Brest proposera en 2017 un temps autour des statuts juridiques
    • Le collectif transition, quant à lui, proposera un temps autour de techniques d’animation de réunion
    • D’autres temps seront sans doute proposés !
  4. Enfin, des actions ponctuelles sur certains sujets sont parfois ressorties : journée sans voiture, état des lieux énergétiques, etc.
    Nous vous tiendrons informés de ces actions au fil de l’eau !

>> Si vous avez aimé cette journée ou qu’elle vous a nourri, laissez-nous votre témoignage ici !  <<

Encore merci pour votre présence et votre énergie !

[Compte-Rendu] Economie Collaborative // Explorons les possibles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous sommes une petite dizaine, de différents horizons, porteur ou accompagnateur de réseau sur le territoire, citoyen, connaissant ou pas l’économie collaborative d’ailleurs… Mais tous intéressés par ce qu’elle provoque dans la société, par les transformations qui s’annonce et pour en savoir plus.

Myriam, qui était là pour faire un retour sur le OuiShare Fest, commence par une présentation … C’est quoi l’économie collaborative ? Et OuiShare ? Et les conclusions du OuiShare Fest ?

> Pour accéder à la carte heuristique de la présentation, c’est par ici !

Tout le monde écoute religieusement …

Et puis on se présente, parce qu’on est arrivé au compte-goutte. Ce qui est sûr, c’est que l’intérêt est présent. Et la conclusion que les projets qui sont résilients sont ceux qui vont peut-être moins vite, mais qui réinterrogent les 3 problématiques du pouvoir : l’inclusion, la hiérarchie et la propriété, nous parle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le débat se poursuit …

  • Comment inclure la surdité dans ce type de réunion (l’une des participantes est malentendante …) ?
  • Et le lien à l’ESS ? A la transition ?
  • On parle des projets du territoire, de monter un groupe MakeSense à Brest, d’une cuisine pour tester son activité, de finances solidaires …

Et puis, nourrit, on échange les mails et on espère qu’on se recroisera … Pourquoi pas sur le groupe facebook OuiShare Bretagne ? Ou dans un holdup MakeSense ?

A bientôt !

Café Bonnes Nouvelles 2 // Cultivons la ville !

jeudi 26 mai – 18H30.

Nous arrivons par groupe de 2 ou 3 … Ici beaucoup se connaissent, chacun demande des nouvelles, regarde autour, salue Monique et Jean-Luc, ou le groupe des tricoteuses qui s’en va. On prend place et finit par se dire « Ah oui, on commande, qu’est-ce que tu veux ? ». Nous attendons encore quelques minutes que certains aient pris à boire, mais comme le monde continue d’arriver, nous finissons par démarrer.

CaféBN

Nous sommes finalement plus de trente, assis ou même debout, dans la deuxième pièce du café de la gare, à côté des jeux pour enfants, avec la fenêtre ouverte parce que « vous allez vite vous tenir chaud  » … !

Nous débutons par la présentation de l’ADESS Pays de Brest et de ses trois missions : l’accueil de porteurs de projets, le portage de projets collectifs, et la sensibilisation pour créer une culture de l’Économie Sociale et Solidaire.

Le lâché de Bonnes Nouvelles est ensuite proposé, avec toujours ce même objectif : se motiver, rendre compte des choses qui vont bien, se donner envie de faire !

cafeBN2

LACHÉ DE BONNES NOUVELLES

« J’ai commencé mon deuxième potager partagé à Plougastel, nous sommes 4-5 à chaque fois, ça marche et c’est super ! »

« Au Relecq-Kerhuon, les incroyables comestibles ont démarré, et j’ai eu le plaisir de trouver 10 bouteilles pleines pour arroser »

 » Oui, nous sommes à peu près 10 volontaires au Relecq, cela va s’organiser petit à petit ! »

« Une réflexion s’est ouverte pour ouvrir une école démocratique dans la région de Brest ! »

« Le retour du printemps : c’est une bonne nouvelle ! »

« Un slow park (fête foraine pour les escargots, éloge à la lenteur) a lieu à la médiathèque de Lambézellec le 27 mai, je suis curieux d’y aller … « 

« Le 12 juin, les Incroyables Comestibles de Landerneau organisent un pique-nique près du skate parc de la Palud … ça va être sympa, venez ! »

« Dimanche 29 mai, il y a une pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt au Centre Social Jacolot. »

cafeBN2IC

PRÉSENTATION Des INcroyables comestibles de landerneau

Les incroyables comestibles est une expérience communautaire qui consiste en la mise à disposition gratuite, dans de petits potagers disséminés dans les villes et les campagnes, de légumes cultivés par les volontaires participant au mouvement. Cela a débuté à Todmorden, au nord-ouest de l’Angleterre. Au départ de cette petite expérience d’autosuffisance alimentaire est né un mouvement.

Après les citoyens anglais, les citoyens francophones ont accueilli ce nouveau concept avec enthousiasme. Une communauté s’est lancée à Brest en 2014, et Landerneau a suivi en 2015. A la base du projet, il y a :

  • l’envie de réinvestir l’espace public
  • le partage autour des plantes, de leur arrosage à leur production
  • une forte idée d’échange, de lien social, autour des pratiques mais aussi de beaucoup d’autres sujets

Le projet a démarré par la recherche d’une parcelle. Plusieurs possibilités se sont présentées et le choix s’est porté sur une parcelle au bord de l’Elorn, derrière le primeur. Il y a beaucoup de promeneurs qui passent et sont intrigués et elle est entourée de végétation. Une convention a alors été signée avec la ville.

Ensuite une boite de don de plantes a été plantée sur la parcelle, pour initier le mouvement ; puis la participation à des événements à Landerneau  (notamment la foire bio) a permis faire parler de l’initiative ; il y a aussi eu le lancement d’une grainothèque en partenariat avec la médiathèque de Landerneau.

Les partenariats sont très importants pour le projet, notamment avec l’épicerie sociale Ar Stalig  et la maison pour tous (Maison des Familles), ils permettent par exemple que les bénéficiaires de l’épicerie fassent une permanence sur une parcelle aménagée dans un jardin partagé de Landerneau (à Kergreis, sur les hauteurs de Landerneau), ce qui favorise les échanges autour du jardinage, et le travail en extérieur. Et cela pousse les gens a venir ensuite sur la plus grande parcelle près de l’Elorn.

C’est un petit espace, mais l’idée est de lancer un jardin, de donner les clés et que les gens s’en servent ensuite. Cela permet de s’approprier les choses autour de chez soi, et de devenir acteur avant d’arriver sur une parcelle collective … ou de faire des choses seul chez soi. L’idée de l’épicerie sociale est de rendre acteur ; en plus du jardinage, il y a des cours de cuisine, la maison des familles, etc.

CafeBN

Sur la parcelle près de l’Elorn, la dimension sociale est essentielle. Il y a de tout … Des gens qui font juste des dons de plantes, d’autres sur-investis, des bénévoles plus ou moins présents et ponctuels. L’implication est progressive … Le nombre de présents par semaine fluctue énormément, en fonction de beaucoup de facteurs ; mais 10 personnes sont présentes régulièrement, les mardi soir et samedi matin.

Les Incroyables Comestibles n’ont pas d’objectif de rendement, mais souhaitent à toucher les gens. A terme, il serait possible de ramener une autonomie alimentaire des ville jusqu’à 30 à 40% ! Et même si on a un jardin, on peut venir échanger, le débat est une part importante du temps sur la parcelle … Souvent, il y en a un qui travaille et un qui accueille les passants / discute / échange !

Il n’y a pas eu de vandalisme … Un joueur mélange les galets qui nomment les  plantes, ce qui oblige à quelques puzzles de temps en temps. Et de petites disparitions ont été observées, mais rien en comparaison des dons reçus. Souvent, on a plus envie de dégrader du matériel que du végétal, or chacun vient avec ses outils, donc il n’y a que le végétal qui reste. Pourtant, la parcelle était un lieu de rencontre de jeunes avant … A Brest, ils ont eu un cas de graffiti … qui les remerciait pour leur action !

Des espèces rares ont été données, parce que le jardin nous renvoie tous à notre histoire. Dans la discussion, il serait possible de créer des « recueils d’histoire » liés à des plantes données …

En fait, l’objectif est vraiment de créer du lien social. Il y a aussi un échange de compétences, même si les plus impliqués avaient quand même déjà tous cultivé. Certaines personnes sont ressources, comme les gens âgés qui n’ont plus de jardin aujourd’hui,et qui peuvent transmettre… C’est un super outil de transmission !

L’abondance est si facile à créer dans le végétal …

Une difficulté persiste : proposer des ateliers … Mais le projet est encore jeune ! Ils recherchent aussi de la terre, de l’herbe …Il faut faire fonctionner le relai !

CBN2

POUR ALLER PLUS  LOIN …

Rencontrez les incroyables comestibles le dimanche 12 juin, pour un pique-nique au jardin, sur leur parcelle près du skate Parc du jardin de la Palud ! Il y aura aussi une givebox !

Liens et ressources citées :
Ressources littéraires :
  • Les incroyables comestibles, Domaine du possible, Coédition Colibris

Café Bonnes Nouvelles // Le Design pour tous

Samedi 23 avril – 10h30.

Nous arrivons au compte-goutte … Nous ne sommes jamais venus à Goasven pour la plupart, et certains ont failli faire demi-tour car il est facile de passer à côté de Goasven sans le voir … Oui, mais quand on y arrive, on s’en souvient, et on y revient !

Après un café ou un jus de fruit, nous démarrons ce premier Café Bonnes Nouvelles …

Par la présentation de l’ADESS Pays de Brest et de ses trois missions : l’accueil de porteurs de projets, le portage de projets collectifs, et la sensibilisation pour créer une culture de l’Économie Sociale et Solidaire. Nous allons à l’essentiel pour laisser parler les initiatives que nous sommes venues rencontrer :

Le collectif Goasven, d’abord, qui nous présente le lieu où nous sommes : A plus de deux cents (habitants et producteurs locaux), ils ont acheté cette ancienne ferme (en copropriété via une sci) pour y monter d’abord un magasin de producteur (bio ou suivant une charte paysanne), puis un café associatif, pour animer ce lieu et en faire plus qu’un lieu de consommation locale. Aujourd’hui, de nombreuses animations y sont organisées : concerts, ateliers, débats … « Mais on vient aussi pour se retrouver et décompresser après le boulot le vendredi soir », dans un lieu où les enfants peuvent courir. Les producteurs et consomm’acteurs ouvrent le magasin et tiennent le café, c’est une question de confiance, de bon sens.

Ultra éditions, ensuite. Maison d’éditions associative créée en 2011, elle publie des ouvrages qui ont trait au design, à l’architecture, à l’art contemporain et à tout ce qui touche ces trois disciplines qui s’entrecroisent. L’engouement pour ces sujets les a poussé à proposer des ateliers de création pour les enfants (tournés vers les arts plastiques) et pour les adultes (axés plus design / mobiliers), le tout dans des logiques de partage de plans et d’idées de créations sous licence libre.

Ce premier échange permet à chacun de se situer. Maintenant, il s’agit de rentrer au cœur du but de ce matin : s’échanger des bonnes nouvelles, parler de choses positives pour partir rechargé, avec l’envie de faire et le sourire aux lèvres …

CBN 23042016 5

Laché de Bonnes Nouvelles

« Découvrir ce nouveau lieu ce matin, que je ne connaissais  pas, et que je trouve super ! »

« Le phénomène Nuit Debout, qui témoigne d’une envie de changer les choses, de se les réapproprier »

 » J’ai un regard optimiste sur l’avenir et l’orientation des jeunes aujourd’hui, je trouve qu’ils recherchent de plus en plus la simplicité, le lien au territoire. »

« Oui, les jeunes générations ont envie d’autre chose »

« Un habitat participatif qui prend forme sur Brest est en réunion au même moment que nous ! »

« A Daoulas, les habitants ont refusé la disparition de fermes au profit de l’agrandissement encore et toujours de grandes surfaces, en attaquant le projet en justice : ils ont gagné en première instance… »

« Il y a de plus en plus d’initiatives comme celle-ci [Goasven] qui font vivre l’agriculture locale … et il en faut encore plus ! »

« Sur Lannion, un nouveau site : vivredansmaville.com, a été lancé, il permet un échange de savoir et la mise en place de projets collectifs … A découvrir ! »

« Le volontariat en service civique est un temps qui change le rapport au travail des jeunes mais aussi de la structure en générale (moins de hiérarchisation, plus de collaborations). »

« L’exposition de Julie Souverain (avec Urbane Collecte), à la médiathèque de Brest, autour de meubles en palettes »

Présentation d’Ultra editions

Ultra éditions, c’est aussi des projets comme les tricyclettes, produites en collaboration étroite avec Kuuutch. Trois tricyclettes ont été créées : l’une sur la sérigraphie, l’autre sur des tampons et la troisième comme un fond de polaroid. Le principe ? trois ateliers de création mobiles et rapides sur vélo, accessibles à tous et où chacun repart avec une production de très grande qualité artistique. Les collectivités l’aiment car elles permettent ce lien au public large, et elles font  de l’animation. Elles sont donc très demandées sur les événements,et sont adaptées pour l’occasion (encres végétales pour la fête de la soupe !) … Par contre, elles sont lourdes à déplacer, il faut de bonnes jambes !

CBN 23040164 4

Ce projet a été mené avec le volontaire en service civique qui était chez Ultra éditions à l’époque : il a produit les plans qui sont maintenant disponibles gratuitement en ligne sur la plateforme collaborative FlatShape.

FlatShape est une plateforme unique en France, qui référence les plans de mobilier en licence « art libre » ou « copyleft ». Les plans peuvent être utilisés par tout un chacun. Certains peuvent même être modifiés et remis en ligne avec leur dérivation ! Du moment qu’elles citent l’auteur initial et qu’elles sont sous la même licence d’utilisation !
Chacun peut proposer ses plans sur la plateforme, il suffit de s’inscrire gratuitement.

Comment en vivre ? Certains enseignent … D’autres utilisent leurs plans, connus dans le milieu, comme véritable outil de publicité ! Ça fait parler d’eux … et donne envie de faire appel à eux !

Ultra propose aussi des ateliers ouverts à tous, le jeudi soir pour adultes notamment, mais aussi d’autres choses pour les enfants (stage d’arts plastiques, de design sonores …). Chacun peut venir avec un projet de création, ou même juste une idée, et il est accompagné dans la réalisation de son projet …

Pourquoi toutes les créations de mobiliers sont en bois ? Parce qu’il est facile à travailler avec du petit électroportatif  … Qu’il soit de récupération ou de grande surface.

Pour aller plus  loin …

Liens et ressources citées :
Ressources littéraires :

3-4 juin 2016 [Save the date !] La tempête de l’ESS arrive …

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le vendredi 3 et samedi 4 juin prochain aura lieu une véritable tempête de l’ESS, dans la halle des sports de l’UBO.

Cet événement, coordonné par l’ADESS Pays de Brest, s’organise en co-construction avec les structures de l’ESS qui souhaite s’y associer … vous ?

Son objectif : rendre visible les dynamiques de l’économie sociale et solidaire du Pays de Brest, donner envie, donner à voir, bref s’émerveiller et s’amuser de l’abondance des initiatives sur notre territoire !

Au programme :

Vendredi soir : temps convivial de rencontre & Disco soupe (cuisine collaborative de rebus alimentaire sur fond de musique disco !)

Samedi :
Toute la journée, dans un bel espace aménagé pour l’occasion :

  • un parcours ludique autour d’une crêpe, pour expérimenter les dynamiques de collaboration et de réemploi
  • un marché de créateurs
  • des démonstrations d’initiatives et de créateurs, où vous pourrez vous aussi mettre les mains dans le cambouis !
  • des ateliers de création : table à leds, etc.

Le matin : une table ronde autour d’une thématique à préciser

En après-midi : des PetchaKutcha d’initiatives par thème, issues de notre territoire !

Envie de participer ? La tête pleine d’idée ?

Ci-dessous vous trouverez une « fiche » pour que nous puissions commencer à recenser vos idées lumineuses & vos mains utiles !

>>>  FicheEnvie <<<

A renvoyer à :
Myriam Blondy
mblondy@adesspaysdebrest.infini.fr – 02 98 42 42 76

Merci de rediffuser aux personnes pouvant être intéressées et dans vos réseaux …


PS : La Pecha Kucha, c’est quoi ?

C’est du japonais, ça se prononce « pétcha koutcha », ça se traduit « chit chat » en anglais, bavarder en français et… tchatcher en marseillais !
Le principe : Chaque participant a carte blanche, au détail près qu’il est autorisé à montrer 20 diapositives et qu’il dispose de 20 secondes pour chacune, sans interruption extérieure, lui conférant en tout 6 minutes 40 de gloire, avant que le prochain participant ne prenne sa place. Ce système de présentations concises, rythmées et créatives permet de tenir le public en haleine.